Battery used Battery charging

LOW←TECH MAGAZINE

Faire pousser des plantes subtropicales malgré le gel hivernal : La culture de fruitiers en tranchées

Les Russes ont notamment réussi à cultiver des agrumes là où les températures peuvent descendre jusqu’à -30°C, et cela sans utiliser de verre ni de combustibles fossiles.

Traduit par: Benjamin Gervasoni

image

Image: La culture de fruitiers en tranchées à Touapsé.

De tous les fruits, les agrumes (oranges, citrons, mandarines, clémentines, pamplemousses, pomelos…) représentent un des marchés internationaux les plus importants en termes de valeur. Une particularité des agrumes est que ceux-ci sont très sensibles au gel, ils ne peuvent donc être cultivés que sous des climats tropicaux, subtropicaux ou sous serre.

Toutefois, au cours de la première moitié du XXe siècle, les agrumes ont commencé à être cultivés au-delà des régions (sub)tropicales dans lesquelles ils sont habituellement cultivés. Les Russes ont notamment réussi à cultiver des agrumes là où les températures peuvent descendre jusqu’à -30°C, et cela sans utiliser de verre ni de combustibles fossiles. En 1950, l’URSS ne comptait pas moins de 30 000 hectares de plantations d’agrumes pour une production annuelle de 200 000 tonnes.

L’expansion de la culture des agrumes en URSS

Avant la première guerre mondiale, la superficie totale des cultures d’agrumes dans l’Empire russe était estimée à seulement 160 hectares, situés presque exclusivement dans la région côtière de la Géorgie occidentale. Cette région bénéficie d’un climat hivernal relativement doux en raison de sa proximité avec la mer Noire et avec la chaîne de montagnes du Caucase - ce qui protège cette région des vents froids d’hiver provenant des plaines russes et de la Sibérie occidentale.

Néanmoins, un tel climat est loin d’être idéal pour la production d’agrumes : bien que la température moyenne hivernale soit supérieure à zéro, la température minimale peut descendre jusqu’à -10°C. De telles températures entrainent normalement la morts des plants d’agrumes : en témoigne la destruction de la quasi totalité des vergers d’agrumes de Floride (USA) à la fin du XIXème siècle (les températures tombèrent entre -3°C et -8°C).

image

C’est à partir des années 1920 que les Russes ont commencé à étendre la culture des agrumes à des régions considérées comme encore moins propices. Dans un premier temps, la production d’agrumes s’est étendue vers l’ouest, le long de la côte de la mer Noire,au sein d’une région non protégée par des montagnes, où les températures peuvent descendre jusqu’à -15°C. Celle-ci inclut Sotchi - ville qui a accueilli les Jeux olympiques d’hiver de 2014 - et la côte sud de la Crimée. Parallèlement, la culture des agrumes s’est étendue vers l’est jusqu’à la côte ouest de la mer Caspienne, en Azerbaïdjan.

Elle s’est ensuite étendue à des régions telles que le Daghestan, le Turkménistan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan, ainsi qu’au sud de l’Ukraine et de la Moldavie, où les températures hivernales peuvent descendre jusqu’à -20°C et où le sol peut geler sur une profondeur de 20 à 30 cm. Par la suite, la culture des agrumes s’est étendue encore plus au nord de ces régions, où les températures hivernales peuvent chuter jusqu’à -30°C, et où le sol peut geler sur une profondeur 50 cm.

Le gel n’est pas le seul obstacle à la culture des agrumes dans ces régions. En effet, ces régions sont également soumises à de fortes chaleurs estivales ainsi qu’à des vents forts et séchants.

De la dépendance aux importations à l'autosuffisance

Avant la Première Guerre Mondiale, presque tous les agrumes consommés en Russie étaient importés. Les principales régions qui exportaient vers la Russie étaient la Sicile (pour les citrons) et la Palestine (pour les oranges). Quelques 20 000 à 30 000 tonnes d’agrumes étaient importées chaque année. Le citron représentait trois quarts des importations d’agrumes du fait de sa traditionnelle consommation avec le thé, boisson nationale en Russie.

En 1925, à la suite de la révolution russe et de la guerre civile, la culture d’agrumes fit l’objet d’un développement planifié. Le parti communiste, déterminé à devenir autosuffisant en agrumes, mit tous les moyens possibles en œuvre afin d’y parvenir. Ainsi, de nombreux centres de recherche, des pépinières, ainsi que des champs d’essais ouvrirent leurs portes, et ce sur plus de 50 sites en Russie.

En 1940, la superficie cultivée est alors de 17 000 hectares et la production atteint 40 000 tonnes, soit le double des importations annuelles sous l’Ancien Régime. En 1950, la superficie plantée en agrumes est de 30 000 hectares (56 % de mandariniers, 28 % de citronniers, 16 % d’orangers), et la production de 200 000 tonnes de fruits par an.

image

La grande proportion de mandariniers s’explique par leur relative tolérance au froid (jusqu’à environ -2°C). Les citronniers en revanche, sont les variétés d’agrumes les moins résistantes au froid.

Les Russes ont réussi à cultiver des agrumes dans des régions qui étaient (et sont encore) considérées comme totalement inadaptées, en mettant en place trois méthodes. Premièrement en sélectionnant de nouvelles variétés d’agrumes plus résistantes au froid. Deuxièmement, en utilisant de nouvelles méthodes de taille plus radicales afin de rendre les arbres plus résistants au froid, à la chaleur et au vent. Un exemple de taille utilisée consistait à réduire la taille des plants d’agrumes à 25 cm de hauteur de sorte que l’arbre soit rampant. Troisièmement, en cultivant ces plants dans des tranchées pouvant atteindre deux mètres de profondeur, ce qui assurait également une protection contre le froid et le vent.

“Progressive cold-hardening”

Initialement, les différentes variétés d’agrumes ne pouvaient survivre que dans la région bordant la côte de la mer Noire, du fait d’un microclimat particulièrement favorable. Pour mieux préparer les agrumes au froid, les agronomes soviétiques ont suivi une méthode appelée “Acclimatation progressive au froid”. Cette technique avait d’abord été développée pour les abricotiers et les vignes, afin de créer de nouvelles variétés adaptées aux conditions climatiques locales.

La méthode consiste à planter une graine d’un arbre intéressant un peu plus au nord de son emplacement d’origine, puis à attendre que ce nouveau plant donne des graines. Ces graines sont ensuite plantées encore un peu plus au nord, et ainsi de suite jusqu’à permettre aux plants-fils de pousser sous un climat initialement inhospitalier. Grâce à cette méthode, les abricotiers de Rostov ont pu être cultivés à Mitchurinsk, 650 km plus au nord. Sans recours à l’acclimatation progressive, implanter la culture de l’abricotier de Rostov à Mitchurinsk se serait avérée un échec.

image

Outre la technique d’aclimatation progressive, les agronomes russes ont procédé à partir de 1929 à une sélection méthodologique des variétés résistantes au froid, qui furent ensuite hybridées avec les meilleures variétés locales.

(note du traducteur : la technique de l’acclimation progressive a été théorisé par Mitchouri, célèbre botaniste Russe. Ces théories seront reprises par Trofim Lyssenko, généticien controversé fondateur de la « génétique mitchourinienne ». Ce courant considéré comme pseudo-scientifique repose notamment sur l’idée que des caractères acquis au cours de la vie de la plante peuvent être transmis à sa descendance (la résistance au froid par exemple). Aujourd’hui la génétique mitchourinienne est largement contestée. L’acclimatation des agrumes à des régions plus froides tient plus probablement à un travail de croisement, de sélection génétique et de greffe sur porte-greffe résistant au froid)

Citroniers nains et demi-nains

Dans les principales régions productrices d’agrumes du monde, tailler des plants d’agrumes est une technique rarement pratiquée. Harold Hume, botaniste canado-américain renommé, conseillait même de “garder les sécateurs aussi loin que possible des plantations d’agrumes”.

Cependant, la taille fut un des aspects cruciaux permettant la culture des agrumes en Russie. La taille permit de réduire la hauteur des arbres. Sans être taillé, un citronnier peut mesurer jusqu’à 5 mètres de haut, un oranger jusqu’à 12 mètres. Avant 1920, les Russes qui cultivaient des agrumes procédaient à une taille afin d’obtenir des plants nains et demi-nains (1 à 2 mètres de haut). Par la suite, ils taillèrent ces arbres pour avoir une forme de couronne compacte.

Les arbres compacts présentent deux avantages. Premièrement, plus près du sol, les variations de température sont plus faibles et la vitesse du vent est plus faible. Deuxièmement, les arbres plus petits sont plus faciles à protéger contre les intempéries. Dans la région au climat le plus doux, où 160 ha d’agrumes étaient initialement cultivés, les plantations étaient souvent aménagées en terrasses ou sur des pentes abruptes, occupant ainsi de petites parcelles bénéficiant d’un microclimat favorable.

image

Peinture par Mikhail Beringov, les années 1930.

Pendant l’hiver, les plants d’agrumes étaient individuellement protégés par un abri fait d’étamine ou de paille, soutenu par une légère armature de poteaux. Les plantations étaient également entourées de palissade brise-vent, disposés de manière à atténuer à la fois les vents froids d’hiver et les vents chauds et secs d’été. Ces palissades permettaient également de canaliser les masses d’air froid qui descendent du sommet des collines vers l’extérieur des plantations.

L’implantation des arbres de manière très proches les uns des autres (jusqu’à 3 000 plantes par hectare) assurait une protection supplémentaire contre le froid et le vent. La chaleur excessive de l’été pouvait être contrecarrée par la pulvérisation de chaux sur la partie supérieure des feuilles, ce qui permettait de faire baisser leur température d’environ 4°C. Toutes ces méthodes sont applicables à des arbres de taille classique mais elles sont bien moins coûteuses et plus faciles à appliquer sur des arbres d’une hauteur de seulement 1 à 2 mètres.

Culture d'arbres rampants

Pour étendre la culture des agrumes à toutes les régions côtières de la Mer Noire, où la culture des agrumes était initialement impossible, il fallait cultiver des arbres aussi petits que possible. Ainsi, les agrumes furent taillés de manière à avoir une forme rampante, jusqu’à réduire la hauteur des arbres à 25 cm seulement.

Il existe deux manière de tailler les agrumes en couronne rampante. La première méthode consiste à tordre le tronc de l’arbre pour lui donner une trajectoire inclinée dès qu’il sort du sol. Les branches principales de la couronne, forment ensuite un éventail unilatéral, qui touche le sol, tout comme les fruits. Dans la seconde méthode, le tronc de 10 à 15 cm de hauteur est maintenu droit tandis que les branches principales se développent formant un angle de 90 degrés avec le tronc, formant ainsi (vu de dessus) une couronne en forme d’araignée. Dans ce cas, les branches et les fruits ne touchent pas le sol, ce qui s’est avéré être la méthode la plus efficace.

image

Image: culture rampante, ici appliquée à un pommier, source.

Les agrumes rampants sont plus résistants contre le froid et le vent que les arbres nains et demi-nains, car la couronne rampante crée un microclimat qui adoucit à la fois les maxima d’été et les minima d’hiver. Au cours d’un test d’une durée de 10 ans, il a été constaté qu’en hiver, la couche d’air au niveau de la couronne rampante était en moyenne 2,5 à 3°C plus chaude que la couche d’air à 2 mètres au-dessus du sol. En été, par temps chaud, la différence de température pouvait dépasser 20°C. La température moyenne près du sol étant plus élevée, les fruits pouvaient mûrir jusqu’à un mois plus tôt dans certaines régions.

La taille rampante permet également une protection efficace contre le vent. Lavriitchouk a par exemple constaté que dans les vergers de la région de Sotchi, lorsque la vitesse du vent atteignait 10 mètre par seconde à 2 m du sol, elle était cinq fois moindre au niveau des citronniers ranmapants, soit 2 mètres par seconde à 25 cm du sol. La diminution de la vitesse du vent permet de limiter l’effet asséchant que celui-ci peut avoir sur l’arbre.

imageimageimage

La très petite taille des arbres rampants permettait de les protéger encore plus facilement et à moindre coût contre les intempéries. Cette stratégie de protection s’est avérée très efficace : pendant l’hiver 1942-1943, lorsque les températures sur la côte de la mer Noire sont descendues à -15°C, les citronniers rampants, protégés par une double couche d’étamine et par des brise-vent n’ont pas souffert, tandis que les citronniers à taille classique, également protégés, ont gelé jusqu’aux racines

Pour couronner le tout, les plants d’agrumes rampants ont des rendements plus élevés que les plants d’agrumes demi-nains, particulièrement les premières années.

La culture d'agrumes en tranchées

Aucune des méthodes de culture mentionnées précédemment n’était suffisante pour cultiver des agrumes dans des régions où le sol gèle et où les températures hivernales descendent en dessous de -15°C. Dans ces régions difficiles, les agrumes étaient alors cultivés dans des tranchées. La culture d’agrumes en tranchées n’était pratiquée qu’avec des plants nains et - le plus souvent - rampants. Grâce à cette méthode, la chaleur du sol protège les agrumes du gel.

La profondeur des tranchées variait de 0,8 à 2 mètres selon les températures hivernales, la profondeur à laquelle le sol gèle et la profondeur d’une éventuelle nappe phréatique. Les arbres pouvaient être plantés en rangs simples ou doubles. Les tranchées étaient généralement de section trapézoïdale pour augmenter l’ensoleillement. Pour les rangées d’arbre simples, les dimensions de la tranchée étaient d’environ 2,5 mètres de large pour la base et de 3 mètres de large pour le haut. Pour les rangées d’arbres doubles, les dimensions étaient de 3,5 mètres de large pour la base et de 4 mètres de large pour le haut.

image

Si nécessaire, les murs pouvaient être recouverts d’argile ou renforcés avec des briques ou des pierres. À l’intérieur de la tranchée, les plants étaient espacés d‘1,5 mètre, et lorsque deux rangées étaient plantées, celles-ci étaient décalées l’une de l’autre pour laisser le maximum de place à chaque plant. La longueur des tranchées dépendait de la nature du terrain, mais celles-ci dépassaient rarement 50 mètres.

Les tranchées étaient situées sur un terrain plat ou sur des pentes légères, orientées d’est en ouest afin d’obtenir un ensoleillement optimal. Elles étaient espacées de 3 à 6 mètres et pouvaient être reliées entre elles pour faciliter l’entretien des plants.

image

Odessa, 1956.

L’espace entre les tranchées permettait de placer des palissades ou des plantes tel que des vignes pour assurer un certains ombrage. Ces mesures permettaient d’augmenter l’humidité dans les tranchées et de protéger les plants des chaleurs extrêmes d’été.

Le recouvrement des tranchées

Pendant l’été, les plants cultivés en tranchées recevaient les mêmes soins que ceux plantés en terre dans des conditions classiques. L’hiver venu, les tranchées étaient recouvertes de planches de bois de 2 cm d’épaisseur et de nattes de paille simples ou doubles, selon le climat. Cela permettait de maintenir la chaleur du sol dans la tranchée, tout en protégeant les plants des intempéries. Si une couche de neige recouvrait les planches, celle-ci était laissée en place car elle permettait une isolation supplémentaire. Lorsque, en hiver, la température dépassait zéro degré Celsius, la protection était relevée du côté sud ou complètement enlevée pendant la journée.

Cette méthode n’est cependant pas applicable à toutes les plantes. En effet les agrumes ont la particularité de pouvoir supporter une très faible luminosité pendant 3 à 4 mois de l’année, à conditions que la température de l’air en contact avec la couronne soit maintenue entre 1 et 4°C. En effet, à cette température, le métabolisme des plantes ralenti, assurant une meilleure résistance au froid.

image

image

Le verre n’était utilisé qu’avec parcimonie, car les planches de bois offraient une bien meilleure isolation, étaient beaucoup moins chères et pouvaient être fabriquées à partir de matériaux locaux.

La culture des agrumes rampants en tranchées, bien que nécessitant beaucoup de travail humain, est une méthode simple qui ne nécessite pas de gros investissements et qui permet de produire des fruits de qualité avec des rendements élevés (80 à 200 fruits par plant et par an).

D'autres méthodes de culture

Outre les tranchées, les agronomes soviétiques utilisèrent d’autres types d’abris pour cultiver des agrumes - tous plus efficaces lorsque les arbres étaient de petite taille (généralement des cultures naines). Certains nécessitaient l’utilisation (généralement rare) de combustibles fossiles.

Un premier exemple est la culture d’agrumes avec transplantation annuelle. Les agrumes passaient l’été à l’extérieur, mais à l’approche de l’hiver, ils étaient déterrés avec la motte de terre entourant leurs racines, et transportés dans des hangars d’hivernage, où ils étaient entassés ensemble pour passer l’hiver. Au printemps, les plants étaient replantés à leur emplacement d’origine. Dans les régions où les hivers étaient assez doux, ces hangars étaient construits en bois et n’étaient généralement pas chauffés. Dans les régions plus froides, les hangars étaient construits en briques, à moitié enterrés dans le sol, et équipées de dispositifs de chauffage.

image

Les agrumes étaient également cultivés dans des serres non chauffées. Ces “limonaria”, situées sur la côte de la mer Noire, étaient des serres organisées en terrasse, sur le flanc de collines particulièrement bien exposées. Les arbres étaient alors cultivés en espalier - une méthode qui rappelle la méthode des murs à fruits des pays du nord de l’Europe, qui permettait la culture des pêches et d’autres fruits méditerranéens à des latitudes élevées.

Les serres chauffées, qui utilisaient un chauffage électrique et contrôlaient artificiellement le dioxyde de carbone et l’humidité tout au long de l’année, n’étaient utilisées que dans les centres industriels situés au-delà du cercle polaire.

Enfin, les agrumes étaient massivement cultivés en pot, dans toute l’Union soviétique par tout un chacun dans des appartements, des écoles, des bâtiments publics, et même dans les halls vitrés des usines et des ateliers - en utilisant la chaleur résiduelle des bâtiments ou la chaleur issue des processus industriel (vapeur ou eau chaude). L’adoption massive de la culture d’agrumes par les particuliers s’explique notamment par la mise en place d’instituts de recherche destinés à sélectionner et à vendre à prix coutant des plants adaptés à la culture d’intérieur.

Peu de ces méthodes auraient été rentables sous un régime de libre-échange. Des investissements considérables furent consacrés à la recherche pour lancer la production nationale d’agrumes. Bien que la plupart des méthodes ne nécessitaient pas de combustibles fossiles, utilisaient des matériaux bon marché et disponibles localement, elles étaient très exigeantes en main-d’œuvre. La production nationale d’agrumes ne fût possible que parce que celle-ci était protégée - non seulement du gel, mais aussi de la concurrence internationale.

Kris De Decker.

Remerciement à Alexandrine Maes.

Sources

Les Agrumes en U.R.S.S., Boris Tkatchenko, in Fruits, vol.6, nr.3, pp.89-98, 1951. http://www.fruitiers-rares.info/articles21a26/article24-agrumes-en-URSS-1-Citrus.html & http://www.fruitiers-rares.info/articles51a56/article53-agrumes-en-URSS-2-Citrus.html

М. А. КАПЦИНЕЛЬ, ВЫРАЩИВАНИЕ ЦИТРУСОВЫХ КУЛЬТУР В РОСТОВСКОЙ ОБЛАСТИ РОСТОВСКОЕ КНИЖНОЕ ИЗДАТЕЛЬСТВО Ростов-на-Дону —1953. (“Growing citrus cultures in the Rostov region”, M.A. Kaptsinel). http://homecitrus.ru/books.html

Katkoff, V. “The Soviet Citrus Industry.” Southern Economic Journal (1952): 374-380. https://www.jstor.org/stable/1054452?seq=1. Full version here: https://sci-hub.tw/https://www.jstor.org/stable/1054452?seq=1

Volin, Lazar. A survey of Soviet Russian agriculture. No. 5. US Department of Agriculture, 1951. https://archive.org/details/surveyofsovietru05voli/page/n3/mode/2up. See page 151.

Мандарин – туапсинский господин?, СВЕТЛАНА СВЕТЛОВА, 16 ДЕКАБРЯ 2018 https://tuapsevesti.ru/archives/40995

http://www.agrumes-passion.com/plantation-entretien-f49/topic4913.html

https://www.supersadovnik.ru/text/yablonya-neobychnye-sposoby-formirovaniya-1003334

https://selskoe_hozyaistvo.academic.ru/2847/стелющаяся_культура

http://viknaodessa.od.ua/old-photo/

869.83KB