Battery used Battery charging

LOW←TECH MAGAZINE

Les trains à grande vitesse, ces avions sur roues

Le saviez-vous ? Le train à grande vitesse n’est guère plus écologique que l’avion.

Traduit par: Nicolas Poinsu

image

Image : Hochgeschwindigkeitszuege.

Les trains sont considérés comme beaucoup plus respectueux de l’environnement que les avions. Malheureusement, ils perdent leur avantage écologique lorsque leur vitesse augmente. De plus, les compagnies ferroviaires semblent être obsédées par la vitesse. La semaine dernière, le train à grande vitesse français (le TGV) a officiellement battu le précédent record de vitesse de 1990 qui était de 515 km/h. Un train à grande vitesse adapté d’Alstom a atteint une vitesse supérieure à 574 km/h sur la ligne Paris - Strasbourg (la vidéo est disponible sur Internet). Pour réaliser cet exploit, il a consommé 19 600 kilowatts d’électricité ; autant qu’un grand immeuble de bureaux. Dans une déclaration de presse, le président Chirac a fait l’éloge de ce train « respectueux de l’environnement ».

Une autre des conséquences de la grande vitesse est une plus faible capacité des lignes ferroviaires. Lorsque la vitesse augmente, la distance de freinage augmente également.

Les vitesses commerciales des lignes à grande vitesse européennes et japonaises atteignaient un peu moins de 250 km/h dans les années 90. Aujourd’hui, elles sont à plus de 300 km/h. Les trains fabriqués aujourd’hui peuvent atteindre entre 350 et 400 km/h. Malheureusement, la consommation énergétique d’un train augmente exponentiellement avec sa vitesse. Cela s’explique par le fait que la résistance de l’air augmente avec le carré de la vitesse. Selon une étude de l’Université de Lancaster, les trains perdent leurs avantages environnementaux par rapport aux avions lorsqu’ils atteignent une vitesse comprise entre 300 et 400 km/h.

image

Image : Hochgeschwindigkeitszuege.

Une autre des conséquences de la grande vitesse est une plus faible capacité des lignes ferroviaires. Lorsque la vitesse augmente, la distance de freinage augmente également. Les trains doivent donc maintenir une plus grande distance.

Selon l’étude de Lancaster, la capacité d’une ligne ferroviaire est au maximum à une vitesse de 100 km/h, lorsque 50 trains peuvent passer toutes les 60 minutes. À une vitesse de 350 km/h, seulement 25 trains peuvent passer. Plus d’énergie est consommée pour déplacer moins de personnes, le seul gain est celui de la vitesse. Cependant, les avions sont et seront toujours plus rapides.

De plus, selon la même étude, la note environnementale des trains à grande vitesse actuellement en circulation (qui ont une vitesse de 225 à 250 km/h) n’est pas non plus un franc succès. Une voiture diesel moderne comprenant deux passagers émet autant de gaz à effet de serre par passager que le ferait un train. Avec plus de passagers à bord, la voiture obtient remarquablement de meilleurs résultats.

Si un train est alimenté électriquement par une centrale à charbon, sa note environnementale sera bien plus mauvaise que celle d’un avion moderne.

Il existe un autre facteur qui rend le bilan écologique des trains plus mauvais qu’il n’y paraît. Eurostar, l’entreprise qui propose des trajets à haute vitesse entre le Royaume-Uni et l’Europe, affirme sur son site internet que le train à haute vitesse émet dix fois moins de CO2 que l’avion. Cependant, ce calcul ne prend pas en compte les ressources nécessaires à la construction et l’entretien de nouveaux chemins de fer. La construction de centaines de kilomètres de lits, de rails, de traverses et de lignes aériennes ne coûte pas seulement de l’argent, mais également des milliers de tonnes d’acier, de cuivre, de béton, de sable et de gravier.

image

Image : Popular Mechanics

Tous ces éléments doivent être produits ou extraits, puis transportés. Dans le cas des avions, les aéroports sont la seule infrastructure dont ils ont besoin. Il n’est pas nécessaire d’avoir une route ou des rails pour voyager en avion. En conséquence, nul besoin de raser des espaces verts ou des maisons pour assurer une liaison aérienne entre deux villes. Cela ne signifie pas que les avions sont un moyen de transport respectueux de l’environnement, loin de là. Néanmoins, la stratégie européenne qui est de faire passer les voyageurs des avions aux trains à grande vitesse pour des raisons écologiques n’a pas de sens non plus.

Le calcul de la note environnementale de différents moyens de transport est un sujet délicat. Deux facteurs jouent un rôle décisif : le taux d’occupation, et le modèle précis de l’avion, du train ou de la voiture. Ces deux facteurs font tellement pencher la balance qu’il est facile de les accorder aux conclusions que vous préférez en tirer. Dans le cas des trains électriques, et donc des trains à grande vitesse, il y a un autre élément à prendre en compte : la façon dont l’électricité est produite.

Si l’électricité est produite par des éoliennes ou des panneaux solaires, alors vous pouvez dire que le train est aussi écologique qu’un vélo, peu importe sa vitesse.

Si un train est alimenté par une centrale à charbon, la note environnementale sera bien plus mauvaise que celle d’un avion moderne. Si l’électricité est produite par des éoliennes ou des panneaux solaires, alors vous pouvez dire que le train est aussi écologique qu’un vélo, peu importe sa vitesse. Et s’il est alimenté par de l’électricité nucléaire, eh bien, les avis divergent.

image

Image : un train à vapeur à grande vitesse des années 30

Les trains électriques deviennent plus respectueux de l’environnement à mesure que notre production d’électricité devient plus durable, un avantage que les avions et les voitures n’ont pas. Pour que les voitures et avions deviennent plus écologiques, nous devons les repenser entièrement. Maintenant que l’Europe a commencé à développer des réseaux pour trains à grande vitesse, elle doit comprendre que leur alimentation nécessite la production d’énergie verte.

Si elle n’y parvient pas, le continent sera affublé d’un réseau ferroviaire coûteux, aussi nuisible à l’environnement que les avions… à moins de limiter la vitesse des trains à 150 km/h. À cette vitesse, grâce à leur meilleur aérodynamisme, ils sont plus économiques que les trains traditionnels.

Kris De Decker

187.21KB