Battery used Battery charging

LOW←TECH MAGAZINE

De quelle quantité d’énergie avons-nous besoin ?

Des chercheurs ont calculé les niveaux minimum de consommation énergétique nécessaires pour vivre de manière décente. Mais, qu’en est-il des niveaux maximum ?

Traduit par: Ornella Lowe, Élisa Lorcy

azuri technologies

Image : Azuri Technologies

Comme l’énergie alimente à la fois le développement humain et la dégradation de l’environnement, les politiques visant à réduire la consommation énergétique peuvent aller à contre courant des politiques de lutte contre la pauvreté, et inversément. Pour atteindre les deux objectifs, il faudrait que la consommation d’énergie au sein des sociétés soit plus équitable.

Cependant, si l’on sait tous qu’une partie de la population mondiale souffre de « précarité énergétique », très peu d’attention est accordée à « l’opulence » ou à la « décadence » énergétique. Des chercheurs ont calculé les niveaux minimum de consommation énergétique nécessaires pour vivre de manière décente. Mais, qu’en est-il des niveaux maximum ?

Consommation énergétique par habitant

Nous devons réduire nos niveaux de consommation énergétique si nous voulons éviter les dangers du changement climatique, l’épuisement des ressources non renouvelables et la dégradation des écosystèmes naturels dont dépend notre survie. 1 Les objectifs de réduction des émissions de carbone et de consommation énergétique sont généralement fixés en termes de pourcentage national ou international, pourtant l’énergie consommée par habitant varie énormément, peu importe la manière dont elle est calculée. 2

Si on divise la consommation totale d’énergie brute d’un pays par son nombre d’habitant, on constate que le Nord-Américain moyen consomme deux fois plus l’énergie que l’Européen moyen (6 881 kep contre 3 207 kep, kep exprimant le kilogramme d’équivalent pétrole). Au sein de l’Europe, le Norvégien moyen consomme trois fois plus d’énergie que le Grec moyen (5 818 kep et 2 182 kep, respectivement). Quant à lui, le Grec moyen consomme cinq fois plus d’énergie que l’Angolais moyen (545 kep), le Cambodgien moyen (417 kep) ou le Nicaraguayen moyen (609 kep) qui consomme deux à trois fois plus d’énergie que le Bangladais moyen (222 kep). 3

Ces chiffres tiennent compte de l’énergie consommée dans les foyers mais aussi de celle utilisée dans les transports, l’industrie manufacturière, la production d’énergie, et d’autres secteurs. Il est plus logique de procéder ainsi plutôt que de calculer la consommation énergétique au sein des ménages uniquement, car les habitants consomment plus d’énergie à l’extérieur de leurs maisons, notamment avec les produits qu’ils achètent. 4

Consommation moyenne d’énergie par habitant par an dans le monde, 2014

Un calcul basé sur la « production » uniquement est biaisé car, les pays à forte consommation d’énergie par habitant importent souvent de grandes quantités de produits industriels de pays à faible consommation énergétique par habitant. L’énergie utilisée pour fabriquer ces produits est attribuée aux pays exportateurs, ce qui signifie que l’énergie consommée par habitant dans les pays les plus développés est sous-évaluée.

Pour déterminer les niveaux réels de consommation énergétique par pays, il faut des données à plus haute résolution spatiale. Par exemple, une étude sur les variations de la consommation énergétique dans les ménages (électricité + gaz) et de l’énergie consommée dans les transports privés au Royaume-Uni révèle que l’énergie moyenne consommée par habitant peut varier de cinq fois selon la région. 2 En tenant compte à la fois des différences au sein du pays et entre les pays, ainsi que de l’externalisation de la production (un calcul basé sur la « consommation »), on constate que les plus gros consommateurs d’énergie dans le monde émettent 1 000 fois plus de carbone que les plus petits consommateurs. 5

Toutefois, les inégalités ne se mesurent pas uniquement en termes de quantité de l’énergie consommée ; il faut aussi tenir compte de sa qualité. Les habitants des pays industrialisés ont accès à un approvisionnement fiable,propre et (presque) illimité en électricité et en gaz. En revanche, deux personnes sur cinq dans le monde (soit 3 milliards de personnes au total) utilisent le bois, le charbon ou les déchets animaux pour cuisiner leurs aliments, 1,5 milliard d’entre eux n’ayant pas accès à un éclairage électrique. 6 Ces combustibles favorisent la pollution atmosphérique intérieure et exigent parfois beaucoup de temps et de travail. Même si les combustibles modernes sont disponibles dans ces pays, ils sont souvent chers et/ou moins fiables.

Au delà de la précarité énergétique : la décadence énergétique

Nous savons aujourd’hui que 3 milliards de personnes vivent dans la « pauvreté énergétique » 78 En 2011, les Nations unies et la Banque mondiale ont lancé l’initiative l’Énergie durable pour tous (SE4ALL), visant à « garantir un accès universel à des services énergétiques modernes » d’ici 2030. Les pays développés s’intéressent de plus en plus à la notion de précarité énergétique et notamment au chauffage insuffisant des logements. D’après une étude réalisée en 2015, 54 millions d’Européens ont du mal à chauffer leur logement décemment en hiver. 9 En 2017, la Commission européenne a lancé un Observatoire européen de la précarité énergétique, chargé de mener des recherches et orienter les gouvernements nationaux vers la mise en place de mesures de lutte contre la précarité énergétique. 8

Au vu des problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés, la consommation énergétique et les conditions de vie dans les pays riches et dans les pays pauvres ne peuvent être équitables.

Il est reconnu qu’une partie de la population mondiale consomme très peu d’énergie. Pourtant, les discussions autour des populations qui en consomment trop piétinent. 2 10 11 Néanmoins, les questions de précarité énergétique et de réduction de la consommation énergétique ne peuvent être résolues que si ceux qui consomment « trop » réduisent leur consommation d’énergie. Équilibrer les conditions de vie entre pays riches et pays pauvres - objectif fondamental de « développement humain » - permettrait certes de résoudre le problème d’inégalité mais pas les problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés.

The Panos Network

Image : The Panos Network

D’après les chiffres susmentionnés, si chaque être humain consomme autant d’énergie que l’Européen ou le Nord-Américain moyen, la consommation énergétique dans le monde et les émissions de carbone seront deux à quatre fois plus élevées qu’elles ne le sont aujourd’hui. Ces chiffres sont sous-estimés, car pour obtenir les mêmes conditions de vie, les pays en développement doivent au préalable développer leurs infrastructures : réseaux routier et électrique, etc. dont la construction nécessite beaucoup de d’énergie. 12

Par conséquent, les efforts visant à combattre la précarité énergétique et les discussions sur la « décadence ou l’opulence énergétique » doivent se tenir au même moment. 2 La course à la « suffisance énergétique » - un niveau de consommation énergétique équitable et durable - doit tenir compte des « seuils » de consommation (assez pour un but précis) et des « plafonds » (trop élevé pour la sécurité et le bien-être, dans le long et le moyen terme). 13 Faute de quoi, nos efforts de développement, aujourd’hui, pourront être néfastes aux prochaines générations. 14

Calculer les Seuils et les Plafonds

Comment définir la décadence énergétique ? Quand parler de « surconsommation » énergétique ? Nous pouvons nous appuyer davantage sur les décennies de recherches sur la précarité énergétique, qui ont pu mesurer les composantes d’un niveau de vie minimal acceptable. 14 Par exemple, le programme Objectifs du Millénaire pour le développement a permis d’établir un niveau minimal de 500 kep par habitant par an - une quantité d’énergie quatre fois inférieure à la moyenne mondiale. 15

Certains chercheurs ont abordé la question de décadence énergétique de manière similaire, en calculant le niveau de vie minimal acceptable. Par exemple, l’École polytechnique fédérale de Zurich a proposé l’objectif Société à 2 000 W, qui implique une consommation énergétique par habitant de 1 500 kep à travers le monde, tandis que système de politique climatique globale Contraction et Convergence du Global Commons Institute limite la consommation à 1 255 kep par an et par habitant. 101316 Ces niveaux de consommation énergétique par habitant correspondent à une réduction de 20-35 %, comparé à la moyenne mondiale enregistrée aujourd’hui.

consommation moyenne d’énergie par habitant par an, y compris les scénarios de suffisance énergétique

Étant donné que les recherches sur la précarité énergétique s’intéressent aux « seuils » de consommation énergétique et pas aux « plafonds », les niveaux minimum de consommation sont calculés de la base vers le sommet. En effet, les chercheurs calculent la quantité d’énergie nécessaire pour vivre de manière décente, en s’appuyant sur les biens et services considérés comme essentiels.

D’un autre côté, les niveaux de consommation maximale - au delà desquels on pourrait parler de consommation excessive ou non durable - sont calculés du sommet vers la base. En s’appuyant sur la capacité de charge de la planète, les chercheurs ont établi un niveau « sûr » de consommation mondiale d’énergie, en divisant le taux d’émissions de carbone qui maintiendrait le réchauffement climatique à un certain niveau par la population mondiale.

Entre la limite supérieure fixée par la capacité de charge de la planète et la limite inférieure fixée par le niveau de vie décent pour tous se trouve une tranche de consommation durable, située entre la précarité énergétique et la décadence énergétique. 14 Ces limites montrent que les riches doivent réduire leur consommation d’énergie tandis que les pauvres ne doivent pas trop augmenter la leur. Cependant, rien ne garantit que les niveaux maximum sont véritablement plus élevés que les niveaux minimum.

Entre les limites supérieures fixées par la capacité de charge de la planète, et la limite inférieure fixée par les niveaux de vie décents pour tous se trouve une tranche de consommation énergétique durable.

Lorsque le niveau minimum de consommation énergétique est calculé de la base vers le sommet, il reste à vérifier si ce niveau peut être maintenu sans toutefois détruire l’environnement. D’un autre côté, si le niveau maximum de consommation par habitant est calculé du sommet vers la base, il faudrait vérifier que le niveau qualifié de « sûr » est suffisant pour mener une vie décente. Si le « seuil » est plus élevé que le « plafond », on pourrait conclure qu’il est impossible de garantir le bien-être pour tous.

Sans compter qu’il est très difficile de définir les niveaux maximum et minimum de consommation. D’un côté, en calculant du sommet vers la base, il n’existe aucun accord sur la capacité de charge de la planète, qu’il s’agisse de la concentration sécuritaire de carbone dans l’atmosphère, des résidus de combustibles fossiles, de l’évaluation des préjudices écologiques, des progrès en termes d’efficacité énergétique et de la croissance démographique. De l’autre côté, en calculant de la base vers le sommet, les indicateurs d’une vie « décente » peuvent être remis en question.

Besoins et Attentes

Les niveaux maximum et minimum de consommation énergétique mentionnés ci-dessus sont sensés être universels ; chaque citoyen du monde doit consommer la même quantité d’énergie. Toutefois, si une distribution équitable d’énergie dans le monde peut sembler raisonnable, l’inverse est le scénario le plus probable : les populations ne sont pas les seules à décider de la quantité d’énergie dont elles ont « besoin ». Il faut tenir compte du climat (les personnes vivant dans des zones au climat froid auront besoin de plus d’énergie pour le chauffage que celles vivant dans des zones au climat chaud), de la culture (l’utilisation de la climatisation aux USA comparé à la sieste au Sud de l’Europe), et des infrastructures (dans les villes sans transports en commun et pistes cyclables, les populations sont contraintes de se déplacer en voitures).

Les différences en termes d’efficacité énergétique peuvent avoir un sérieux impact sur les « besoins » en énergie. Par exemple, une plaque de cuisson à trois feux consomme moins d’énergie qu’une plaque à gaz moderne. Ainsi, son utilisation nécessite moins d’énergie pour cuisiner un même repas. Les appareils seuls ne déterminent pas la quantité d’énergie requise ; les infrastructures également doivent être considérées. Par exemple, si la production et le transport de l’électricité présentent de faibles indices d’efficacité énergétique, les populations ont davantage besoin d’énergie primaire, même si elles consomment la même quantité d’électricité à la maison.

électricité hors-réseau

Image : Off-Grid Electric

Pour expliquer ces différences, la plupart des chercheurs établissent le diagnostique de précarité énergétique sur la base des « services énergétiques », et non pas sur le niveau précis de consommation. 17 En réalité, les gens ne demandent pas d’énergie ou de combustibles, ce dont ils ont besoin ce sont les services alimentés par l’électricité. Par exemple, pour éclairer leur habitation, les gens n’ont pas besoin d’une quantité précise d’énergie mais d’un niveau adéquat de lumière, en fonction de leurs besoins.

Un exemple de cette approche basée sur les services est l’indicateur TEA (Total Energy Access) de l’ONG « Practical Action », lancé en 2010. 1718 Le TEA mesure l’énergie consommée dans les ménages au sein des pays en développement et les compare aux normes de services minimum prescrits en matière d’éclairage, de cuisson, de chauffage (eau, logement), et de réfrigération des aliments, ainsi que des services de communication et d’information. Par exemple, le niveau minimal d’éclairage d’un ménage est de 300 lumens ; l’ONG Practical Action établit un niveau similaire pour d’autres services, dans les ménages mais aussi dans les bureaux et les immeubles.

Les besoins sont universels, objectifs, irremplaçables, intergénérationnels et satiables. Les attentes sont subjectives, évolutives, individuelles, substituables et insatiables.

Pourtant, certains indicateurs de précarité énergétique vont plus loin : ils n’indiquent pas les services mais les besoins et les capacités essentiels des populations (en fonction de la théorie). Avec ces modalités, les capacités ou les besoins essentiels des êtres humains sont considérés comme universels, mais les moyens utilisés pour les assouvir dépendent de la culture et de la position géographique des populations. 1017 Les méthodes basées sur les besoins essentiels de l’Homme mesurent les conditions de vie et ne précisent pas les exigences à respecter pour obtenir des résultats. 19 Parmi les besoins essentiels de l’Homme, on compte le besoin de manger, de boire, de se loger, de maintenir son corps à température, d’éviter les dangers, d’avoir des relations saines, de s’éduquer et d’avoir accès à des soins de santé.

Ces besoins sont jugés universels, objectifs, irremplaçables (une alimentation insuffisante par exemple ne peut être compensée par un logement plus grand, et vice versa), intergénérationnels (les besoins fondamentaux des prochaines générations seront les mêmes que ceux des présentes générations), et satiables (les besoins en eau, calories ou logements plus grands peuvent être satisfaits). De ce fait, il est possible de définir des seuils permettant d’éviter des dommages graves. Les « besoins » sont différents des « attentes » qui sont à la fois subjectives,évolutives, individuelles, substituables et insatiables. En mettant l’accent sur les besoins essentiels , il est possible de distinguer ce qui est « nécessaire »et ce qui est « superflu », et de soutenir que les besoins présents et futurs passent avant les « envies » présentes et futures. 1417

Évolutions dans le temps : augmentation de la dépendance énergétique

En mettant l’accent sur les services énergétiques ou les besoins fondamentaux de l’Homme, il est possible de déterminer les niveaux maximum de consommation énergétique. Au lieu de définir les niveaux minimum des services énergétiques (tels que 300 lumens d’éclairage par ménage), il faudrait plutôt fixer des niveaux maximum (2 000 lumens d’éclairage par ménage, par exemple). Ces niveaux de services énergétiques pourraient ensuite être associés aux niveaux de consommation maximale d’énergie par habitant/ménage. Cependant, ces niveaux pourront être atteints uniquement dans des pays ou des villes spécifiques, et ne pourront pas être universels. De même, on pourrait définir les besoins essentiels, en fonction du contexte, et calculer ensuite la quantité d’énergie nécessaire pour les satisfaire.

Par ailleurs, le fait que tous les efforts soient concentrés autour des services énergétiques ou des besoins essentiels de l’Homme révèle un problème fondamental : si les biens et services nécessaires à une vie décente ne sont pas considérés comme universellement applicables, mais propres aux normes et coutumes d’une société donnée, il est évident que de telles normes évoluent à mesure que les technologies et les modes de vie traditionnels changent. 11 Les changements opérés dans le temps, notamment depuis le XXe siècle, indiquent une forte augmentation des conventions et normes en la matière, d’où l’augmentation de la consommation énergétique. Les « besoins à satisfaire » nécessitent de plus en plus d’énergie et sont tout aussi difficiles à satisfaire que les « attentes ».

historique de la consommation moyenne d'énergie par habitant

Les recherches sur la précarité énergétique dans les pays industriels révèlent que le niveau minimal d’énergie nécessaire pour satisfaire les besoins essentiels de l’Homme est en pleine croissance. 112021 La quantité d’énergie produite aujourd’hui pourrait être insuffisante pour les besoins de demain. De nombreux produits de consommation tels que l’accès Internet, les téléphones et les ordinateurs portables, qui n’existaient pas dans les années 1980 ont été classés en 2012 comme nécessités absolues par 40-41 % de la population britannique. 20

Aujourd’hui, même les personnes en situation de précarité énergétique vivent au-dessus de la capacité de charge de la planète.

Les technologies aujourd’hui considérées comme des besoins minimums ont connu une évolution similaire. Le chauffage central et les douches chaudes ont été créées il y a une dizaine d’années seulement et pourtant ces technologies sont considérées comme essentielles par la majorité des habitants des pays industrialisés.22

En effet, aujourd’hui, même les personnes en situation de précarité énergétique vivent au-dessus de la capacité de charge de la planète. Par exemple, si toute la population britannique devait vivre en fonction du niveau minimal d’énergie indiqué lors des séminaires publics, alors les émissions de carbone basées sur la consommation énergétique par habitant ne diminueraient que de 11,8 à 7,3 tonnes par habitant, alors que l’objectif du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) visant à réduire la température moyenne mondiale représente moins de deux tonnes de carbone par an et par habitant. 14 En clair, le « seuil » actuel est trois fois plus élevé que le « plafond ».

D’importants besoins et attentes à satisfaire

D’après des chercheurs britanniques, « en assimilant ce qui est ‘nécessaire’ à ce qui est ‘normal’, nous encourageons activement l’augmentation des besoins, ce qui va à l’encontre des objectifs visant à réduire les demandes en énergie… Réduire la demande implique que l’on remette en question les normes qui les accompagnent plutôt que de les respecter. » 11 En d’autres termes, nous ne pourrons résoudre les questions de précarité et de décadence énergétiques que si nous réussissons à dissocier la satisfaction des besoins humains de la satisfaction des besoins intensifs d’énergie.21

Pour y parvenir, il faudrait entre autres accroître l’efficacité énergétique. Dans un article de 1985, intitulé Les besoins essentiels et bien plus encore avec un kilowatt par habitant, des chercheurs ont indiqué que la quantité d’énergie requise pour pallier la précarité énergétique sera réduite grâce à l’amélioration constante de l’efficacité énergétique.Elle passera de 750 kep par habitant par an, en 1985, à 570 kep seulement, en 2030. 23

Toutefois, la réalité est autre, car les gains d’efficacité sont constamment égalés par des modes de vie toujours plus énergivores. Cependant, si cette tendance pouvait être stoppée ou même inversée, les progrès enregistrés en matière d’efficacité énergétique nous aideront à mener une vie moins énergivore. Par exemple, pour produire 300 lumens, considérés par Practical Action, comme le niveau minimal d’éclairage, une ampoule LED a besoin de six fois moins d’électricité qu’une ampoule à incandescence.

Cette famille chinoise dispose de peu

Image : Huang Qinjun

Plus important encore, les besoins essentiels de l’homme peuvent être satisfaits de différentes manières, et la nécessité de recourir à certains services énergétiques pourrait être remise en question. Cette approche pourrait être intitulée « suffisance énergétique ». Les services énergétiques pourraient être réduits (grâce à de plus petites télévisions, des véhicules plus légers et moins rapides, ou encore en passant moins de temps à regarder la télévision ou à conduire) ou remplacés par des services moins énergivores (se déplacer à vélo plutôt qu’en voiture, acheter des produits frais et pas des surgelés, jouer à des jeux de société au lieu de regarder la télévision).

Les services de proximité pourraient également faire partie de la chaîne de substitution. En principe, les prestations du service public pourraient aider à réaliser des économies d’échelle et réduire la quantité d’énergie nécessaire à la fourniture de nombreux services domestiques : transport public, bains publics, cuisines communautaires, laveries automatiques, cybercafés, cabines téléphoniques, services de livraison à domicile, etc. 24 25

En combinant la suffisance et l’efficacité énergétiques, des chercheurs allemands ont calculé et trouvé que la consommation moyenne en électricité d’un ménage de deux personnes pouvait être réduite de 75 %, sans induire des changements drastiques de modes de vie : laver le linge à la main ou produire de l’électricité avec des appareils d’exercice. 25 Même si l’étude ne tient compte que d’une partie de la demande totale en énergie, réduire la consommation d’électricité dans un foyer aide également à réduire la consommation d’énergie dans les secteurs de la production et du transport.

Supposons par exemple que des réductions similaires sont possibles dans d’autres secteurs, alors les ménages allemands étudiés ici pourraient consommer environ 800 kep par habitant et par an, soit quatre fois moins que la consommation moyenne d’énergie par personne en Europe. Ainsi, il est possible de mener une vie décente tout en consommant moins d’énergie, à condition de s’accorder sur le fait que réduire notre consommation à 75 % est suffisante pour rester dans les limites de capacité de charge de la planète.

Kris De Decker

Cet article a été rédigé pour The DEMAND Centre

Références :


  1. Encourager l’utilisation d’énergies renouvelables ne peut suffire pour réduire les émissions de carbone, et ce pour deux raisons : la demande énergétique augmente plus vite que la proportion des énergies renouvelables ; les centrales photovoltaïques et éoliennes ne remplacent pas les combustibles fossiles même si elles répondent à la demande croissante en énergie. En outre, les systèmes d’énergies renouvelables dépendent fortement des combustibles fossiles pour leur production, notamment lorsque nous comptons sur une infrastructure dont l’objectif est de combiner constamment l’offre à la demande. L’efficacité énergétique nous est moins profitable, car les progrès effectués dans ce sens ont conduit à la production de produits et services énergivores. Par ailleurs, l’efficacité énergétique rend les pratiques non durables non négociables. 

  2. Chatterton, Tim, et al. “Energy justice? A spatial analysis of variations in household direct energy consumption in the UK.” eceee, 2015. 

  3. Utilisation d’énergie (kg d’équivalent pétrole par habitant), 1960-2014. la Banque Mondiale. https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/EG.USE.PCAP.KG.OE?locations=BD-GR-NL&year_low_desc=true 

  4. Consumption of energy, Eurostat, 2017. 

  5. Piketty, Thomas. “Carbon and inequality: from Kyoto to Paris.” Trends in the Global Inequality of Carbon Emissions (1998-2013) and Prospects for An Equitable Adaptation Fund. Paris: Paris School of Economics (2015). 

  6. Poor people’s energy outlook 2010, Practical Action. https://policy.practicalaction.org/policy-themes/energy/poor-peoples-energy-outlook/poor-peoples-energy-outlook-2010. Pour une version plus récente, voir : https://policy.practicalaction.org/policy-themes/energy/poor-peoples-energy-outlook. 

  7. Sustainable Energy For All, ONU & Banque Mondiale. http://www.se4all.org/ 

  8. Thomson, Harriet, Stefan Bouzarovski, and Carolyn Snell. “Rethinking the measurement of energy poverty in Europe: A critical analysis of indicators and data.” Indoor and Built Environment (2017): 1420326X17699260. 

  9. Team, Authoring, and Claire Baffert. “Energy poverty and vulnerable consumers in the energy sector across the EU: analysis of policies and measures.” Policy 2 (2015). https://ec.europa.eu/energy/en/news/energy-poverty-may-affect-nearly-11-eu-population 

  10. Steinberger, Julia K., and J. Timmons Roberts. “From constraint to sufficiency: The decoupling of energy and carbon from human needs, 1975–2005.” Ecological Economics 70.2 (2010): 425-433. 

  11. Walker, Gordon, Neil Simcock, and Rosie Day. “Necessary energy uses and a minimum standard of living in the United Kingdom: energy justice or escalating expectations?.” Energy Research & Social Science 18 (2016): 129-138. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2214629616300184 

  12. Lamb, William F., and Narasimha D. Rao. “Human development in a climate-constrained world: what the past says about the future.” Global Environmental Change 33 (2015): 14-22. http://decentlivingenergy.org/publications/Lamb-Rao-HDinClimConstrainedWorld.pdf 

  13. Darby, Sarah. “Enough is as good as a feast–sufficiency as policy.” Proceedings, European Council for an Energy-Efficient Economy. La Colle sur Loup, 2007. https://pdfs.semanticscholar.org/8e68/c68ace130104ef6fc0f736339ff34b253509.pdf 

  14. Gough, Ian. “Heat, Greed and Human Need.” Books (2017). http://www.e-elgar.com/shop/heat-greed-and-human-need 

  15. Energy for a sustainable future, Report and Recommendations, The Secretary-General’s Advisory Group on Energy and Climate Change (AGECC), 28 April 2010, New York. http://www.un.org/millenniumgoals/pdf/AGECCsummaryreport[1].pdf 

  16. Bretschger, Lucas, Roger Ramer, and Florentine Schwark. 2000 Watt Society?.” https://www.mtec.ethz.ch/content/dam/ethz/special-interest/mtec/cer-eth/resource-econ-dam/documents/people/lbretschger/Brochure_2kW.pdf 

  17. Day, Rosie, Gordon Walker, and Neil Simcock. “Conceptualising energy use and energy poverty using a capabilities framework.” Energy Policy 93 (2016): 255-264. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301421516301227 

  18. Total Energy Access, Practical Action. https://policy.practicalaction.org/policy-themes/energy/total-energy-access 

  19. Rao, Narasimha D., and Jihoon Min. “Decent living standards: material prerequisites for human wellbeing.” Social Indicators Research (2017): 1-20. https://link.springer.com/article/10.1007/s11205-017-1650-0 

  20. Mack, Joanna, et al. “Attitudes to necessities in the PSE 2012 survey: are minimum standards becoming less generous?.” PSE-UK Working Paper Analysis Series 4 (2013). http://poverty.ac.uk/sites/default/files/attachments/PSE%20wp%20analysis%20No.%204%20-%20Attitudes%20to%20necessities%20in%20the%202012%20survey%20(Mack,%20Lansley,%20Nandy,%20Patazis)%20Oct_2013.pdf 

  21. Mattioli, Giulio. “Transport needs in a climate-constrained world. A novel framework to reconcile social and environmental sustainability in transport.” Energy Research & Social Science 18 (2016): 118-128. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2214629616300536 

  22. Hand, Martin, Elizabeth Shove, and Dale Southerton. “Explaining showering: A discussion of the material, conventional, and temporal dimensions of practice.” Sociological Research Online 10.2 (2005). http://www.socresonline.org.uk/10/2/hand.html 

  23. Goldemberg, Jose, et al. “Basic needs and much more with one kilowatt per capita.” Ambio (1985): 190-200. https://www.jstor.org/stable/4313148?seq=1#page_scan_tab_contents 

  24. Thomas, Stefan, et al. Energy sufficiency policy: an evolution of energy efficiency policy or radically new approaches?. Wuppertal Institut für Klima, Umwelt, Energie, 2015. https://epub.wupperinst.org/frontdoor/deliver/index/docId/5922/file/5922_Thomas.pdf 

  25. Brischke, Lars-Arvid, et al. Energy sufficiency in private households enabled by adequate appliances. Wuppertal Institut für Klima, Umwelt, Energie, 2015. https://epub.wupperinst.org/frontdoor/deliver/index/docId/5932/file/5922_Thomas.pdf 

368.53KB